11 août 2013

La Rouillée

  L'aube pointe son doigt, la cime rosit, ma langue à l'orée des mots, tourneboule sa tissure nervurée Comme un navire en partance,   tend ses amarres, en vain, il n’est nul départ. La rouille mastique les couleurs à fendre le cœur, les chaînes crissent au chant du loup, l'aile d'un mauvais présage, les fenêtres du port en tremblent encore. Le vieux marin, une pipe d’écume à la lèvre bleue, froisse l’ombre de sa blancheur méditative, - Des mots trop ordonnés - grommelle-t-il.  L'imaginaire est clos…
Posté par Lekha à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2013

Le Sil de l'Oubliée

   Sous la passée des jours, le silence façonnait le sil de l'oubliée. S'appauvrissait le chant des oiseaux, la langue du pays d'Oïl. Certes, l'air vibrait encore du cri de l'agache et de la flûte du merle, le désir des beaux mots brûlait encore dans le profond du cœur. Mais le désert se trouvait à la porte de son être... Et elle avait peur.  
Posté par Lekha à 13:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2013

A propos

En ce lieu virtuel, je griffe mes bavures à l'encre blanche. Soulevant les raclures, ma plume fouille l'imaginaire ici et là, à la recherche du geste d'écriture. Il s'est perdu quelque part. Le lien s'était brisé. L'amour manquait. Aujourd'hui, je réalise combien il me manque... Sur ce blog, vous trouverez un petit journal, des cartes postales imaginaires, des acrostiches et plus peut-être... Bienvenue, voyageur virtuel.  
Posté par Lekha à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]