Démence

 


Douteras-tu de ma parole éclose en cette nuit

Ecumeuse de souvenirs, brisant mes mots jusqu’au sens étranger,
Marée temporelle fouissant les pourquoi de ma vie ?
Ecouteras-tu mon balbutiement quand l’ange,
Nervoir éclatant mes illusions et mon orgueil jusqu’à la lie,
Courbera ma tête peu à peu, me poussant au fil de l’oubli, à l’
Excipit ?



image: Diégo Vélasquez
(peinture Tête d'homme jeune de profil)

 

Acrostiche dédié à mon père